FFMKR-75 KINESITHERAPEUTE PARIS COVIDInformations actualisées le 28 juin 2021

La crise sanitaire perdure bien qu’en mai, les indicateurs épidémiques sont en fort déclin. Cette page rassemble l’ensemble des mesures actuellement en vigueur, les cotations ou modalités dérogatoires, etc.


  • Activités en cabinet de ville et à domicile

    Les conditions de prise en charge en cabinet doivent s’effectuer suivant les recommandations diffusées par l’Agence régionale de santé d’Île-de-France. Retrouvez les grands principes de l’activité en cabinet toujours en vigueur. Pour l’essentiel, le kinésithérapeute doit respecter et faire respecter dans son cabinet comme à domicile les gestes barrières. Les prises en charges de groupes doivent se réaliser avec une limite de 4m2 par patient.

    -> Sommaire


  • Impact de la crise sur les modalités de facturation à l’Assurance Maladie et autres mesures conventionnelles

    La facturation d’indemnités de déplacements non prescrits ne donnera pas lieu à récupérations d’indus par l’Assurance Maladie durant le temps de l’état d’urgence sanitaire.

    Depuis juin 2020, la rééducation individuelle des patients après hospitalisation pour affections liées au Covid-19 est cotée AMK 20 (ou AMK 28 si affections neurologiques associées), avec un maximum de 20 séances par patient.
    De même, depuis novembre 2020, les patients Covid+ sous oxygénothérapie non hospitalisés peuvent bénéficier de séances de kinésithérapie à domicile cotées AMK 10,6.
    L’Assurance Maladie de Paris précise que la facturation de ces actes doit respecter les règles habituelles : le kinésithérapeute doit appliquer le tiers-payant quand il est obligatoire (Complémentaire Santé Solidaire, AME, …) et le patient est soumis au ticket modérateur s’il n’en est pas exonéré.
    Retrouvez l’ensemble des cotations nouvellement créées et applicables pour des actes de soins ou des dépistages.

    -> Sommaire


  • Télé-kinésithérapie

    Depuis le 18 avril 2020, la télé-kinésithérapie est rendue possible jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire. Son introduction dans le Code de la santé publique (Loi RIST) la pérennise.
    Le kinésithérapeute peut pratiquer des actes à distance, dans les conditions suivantes :

    • Le télé-soin doit être pratiqué par vidéotransmission, avec des outils sécurisés dont la liste est mise à jour sur le site du Ministère chargé de la santé et suivant les recommandations établies par la Haute autorité de santé.
      A titre dérogatoire, il est possible d’utiliser des outils numériques « grand public » (Whatsapp par exemple).
    • La pertinence du recours au télé-soin est déterminée par le kinésithérapeute agissant sur prescription médicale. En outre, il doit réaliser au moins un acte en présentiel avant toute utilisation de la télé-kinésithérapie, sauf si un bilan en présence du patient a été effectué avant la sortie d’hospitalisation avec transmission du plan de soin.
    • La télé-kinésithérapie réalisée auprès d’un mineur (moins de 18 ans) oblige la présence, auprès de l’enfant, de l’un de ses parents ou adulte autorisé par eux.
    • La télé-kinésithérapie réalisée auprès d’un patient en perte d’autonomie oblige la présence à ses côtés d’un aidant (adulte ayant capacité à remplir cette fonction).
    • Les BDK ne sont ni réalisables ni facturables en télé-kinésithérapie.
    • La télé-kinésithérapie peut se pratiquer sur certains actes avec les cotations suivantes en fonction des droits des assurés. L’utilisation de l’exonération diverse (EXO DIV 3) n’est plus à utiliser à compter du 28 juin 2021.
    • FFMKR-75 KINESITHERAPEUTE PARIS TELESOINS TELEKINESITHERAPIE TELECONSULTATION
      -> Sommaire


  • Arrêt maladie et arrêt de travail du kinésithérapeute

    L’Assurance Maladie verse de manière dérogatoire des indemnités journalières pour les professionnels de santé libéraux s’ils sont amenés à interrompre leur activité professionnelle, s’ils sont infectés par le Covid-19.
    La CPAM de Paris nous a assuré que le dispositif des IJ pour garde d’enfant était toujours ouvert aux kinésithérapeutes libéraux.
    Par ailleurs, des IJ sont versées en cas d’arrêt prescrit pour les professionnels de santé lorsque ceux-ci sont considérés comme vulnérables face au risque de développer une forme grave de la maladie. Pour bénéficier d’une indemnisation, le professionnel de santé doit obligatoirement se trouver dans l’une de ces situations médicales référencée sur le site de l’Assurance Maladie.
    Les IJ versées le sont après déduction des cotisations sociales.
    La déclaration peut se faire grâce à un formulaire en ligne.

    -> Sommaire


  • Prêt garanti par l’État

    Jusqu’au 30 juin 2021, les kinésithérapeutes peuvent demander à leur banque habituelle un prêt garanti par l’État pour soutenir leur trésorerie.
    Ce prêt peut représenter jusqu’à 3 mois de chiffre d’affaires de 2019 et aucun remboursement ne sera exigé la première année. L’entreprise pourra choisir d’amortir le prêt sur une durée maximale de cinq ans. Cependant, en cas de difficultés, le remboursement pourra débuter jusqu’à deux ans après la souscription. Plus d’informations sur ce prêt garanti.

    -> Sommaire


  • Sécurité des professionnels

    La Préfecture de Police de Paris a mis en place une fiche « fondamentaux de sécurité à l’attention des personnels de santé » qui apporte des conseils au cours de cette période.
    Un numéro dédié exclusivement aux personnels de santé confrontés, dans l’exercice de leur fonction, à une situation d’urgence avérée nécessitant l’intervention des forces de l’ordre pour Paris : 01 58 12 40 02 ; pour les Hauts-de-Seine : 01 58 12 42 09 ; pour la Seine-Saint-Denis : 01 58 12 43 03 ; pour le Val-de-Marne : 01 58 12 44 02.

    -> Sommaire