Covid-19 : ce qu’il faut retenir

Informations actualisées le mercredi 8 avril 2020 à 19 h

Face à la situation sanitaire, les kinésithérapeutes doivent tout mettre en œuvre afin de limiter la propagation du Covid-19.
La priorité absolue étant la limitation des contacts interpersonnels, insuffisamment respectée par la population, la fermeture des cabinets est devenue un impératif.
Il en est de même pour les actes à domicile dès lors qu’ils n’ont pas vocation à empêcher une hospitalisation à court ou moyen terme.
Ainsi, tout ce qui peut être différé doit l’être.


  • Repères sur l’infection au Covid-19

    Les signes cliniques les plus fréquents du Covid-19 sont ceux d’une infection respiratoire aigüe. Cependant, plusieurs tableaux existent et les signes suivants doivent alerter praticiens :

    • signes évoquant une infection respiratoire aiguë
    • fièvre ou sensation de fièvre, qui peut être masquée en raison d’une prise d’antipyrétiques
    • anosmie d’apparition brutale sans obstruction nasale, avec ou sans agueusie
    • symptomatologie digestive (notamment diarrhée) avec état confusionnel, initialement non fébrile ou alternance entre hyper et hypothermie chez un sujet âgé

    Les patients présentant ces signes doivent être mis en relation avec leur médecin traitant.
    La confirmation par diagnostic biologique (RT-PCR) n’est pas systématique. Cependant, elle l’est notamment pour les patients à risque de formes graves, ainsi que pour tous les professionnels de santé.

    Le patient suspecté Covid+ sera soit maintenu à domicile avec suivi, soit hospitalisé. Le choix de l’hospitalisation se fait en particulier au regard de signes de polypnée (fréquence respiratoire > 22/min), l’oxymétrie de pouls (Sp02) < 90% en air ambiant, une pression artérielle systolique < 90 mmHG, une altération de la conscience, confusion, somnolence, une déshydratation et ou l’altération de l’état général brutal chez le sujet âgé.

    Pour disposer de données épidémiologiques nationales, régionales et départementales, le Gouvernement a mis en place une plateforme actualisée tous les jours.

    Situation en Île-de-France le mercredi 8 avril 2020 (9h) : on enregistre 2.735 décès (cumulés) dans les établissements de santé franciliens (+217 en 24h). Sur les 12.500 hospitalisés actuels, 2.800 sont placés en réanimation (+ 50 en 24 h).

    -> Sommaire


  • Dépistage des professionnels de santé

    De nombreux départements commencent à organiser un dépistage des professionnels de santé libéraux exerçant, avec le soutien des autorités sanitaires.
    A Paris, les professionnels libéraux peuvent désormais prendre rendez-vous pour un dépistage pris en charge en tiers payant par l’Assurance maladie au sein d’un centre sur le principe du “drive”. Plus d’information pour les kinésithérapeutes parisiens.

    -> Sommaire


  • Mesures barrières pour le professionnel
    • lavage des mains et désinfection avec solution hydro-alcoolique
    • port d’un masque chirurgical ou, préférentiellement, FFP2 (obligatoire pour les patients Covid+)
    • lunettes de protection en cas de kinésithérapie respiratoire
    • surblouse, gants non stériles et charlotte (obligatoires pour les patients Covid+ et kinésithérapie respiratoire)

    L’usage des masques chirurgicaux par les kinésithérapeutes est une recommandation. Un arrête publié au Journal Officiel le 17 mars 2020 prévoit explicitement de nouvelles distributions à destination des kinésithérapeutes.
    Pour rappel, les préconisations imposent le remplacement des masques chirurgicaux toutes les 4 heures, les FFP2 étant à usage unique pour un port continu de 8 heures maximum.
    La dotation par kinésithérapeute précisée le 7 avril : 6 masques par semaine et par professionnel (chirurgicaux ou FFP2) pour la réalisation des actes prioritaires et non reportables affirme la Direction générale de la santé ;
    Le Ministère de la santé ayant affirmé qu’il n’y a pas d’ordre de priorité entre les professions, tout refus d’une dotation par une pharmacie parisienne doit être indiqué à contact@ffmkr75.org en précisant le nom de la pharmacie et son adresse.
    En Île-de-France, tous les professionnels de santé sont invités à désigner une pharmacie d’officine qui recevra leurs masques durant toute l’épidémie. Il convient de s’inscrire sur la plateforme Internet Mon Phamaticien en Île-de-France.

    -> Sommaire


  • Se porter volontaire afin de répondre aux besoins des hôpitaux ou assimilés

    En Île-de-France, l’Ordre a mis en place un référencement des kinésithérapeutes disponibles afin de répondre aux besoins de soins qui seront identifiés (Covid+ et hors Covid). La plateforme est Monkiné-idf.fr.

    L’AP-HP a lancé un appel pour renforcer les équipes de ses 39 hôpitaux ; vous pouvez manifester votre intérêt au 0805 280 270.

    L’ARS d’Île-de-France a mis en place une plateforme d’appel à volontaires pour venir en renfort des équipes dans les établissements de santé et médico-sociaux hors AP-HP ainsi que des centres territoriaux Covid+ en cours de mise en place : l’opération #Renforts-Covid.

    Concernant la Réserve sanitaire, seuls les kinésithérapeutes ayant une expérience en réanimation sont invités à s’identifier sur le site de la Réserve sanitaire
    -> Sommaire


  • Soins à domicile pour des patients Covid+

    Toute activité de soins au domicile d’un patient testé Covid+, ou suspecté et placé en confinement, doit se faire dans le strict respect des mesures barrières et sur indication médicale actualisée.

    Pour répondre à des demandes de plus en plus fréquentes de confrères appelés à prendre en charge des patients Covid+ à leur domicile, la FFMKR-75 a décidé de publier une fiche Repères pour la prise en charge kinésithérapique ambulatoire des patients atteints de COVID-19. Ces repères évolueront en fonction des éventuelles publications (HAS, CMK, etc.) qui sont attendues.

    L’ARS-IDF a développé des centres de consultations exclusivement dédiés aux patients Covid+ ou suspectés. Ces centres (structures existantes (MSP, centres de santé, cabinets de groupe) ou structures temporaires) sont dédiés à la consultation de patients suspects Covid-19 et leur suivi, et sont accessibles sur rendez-vous après régulation médicale en amont, via le médecin traitant, des associations de visites à domicile, les services d’urgence, ou le SAMU. Ces centres pourront avoir recours aux professionnels via le dispositif #Renforts-Covid. Les kinésithérapeutes qui interviennent dans ces centres (sur le site dédié ou au domicile des patients suivis par la structure “Covid-19”, le kinésithérapeute libéral y reçoit une rémunération (honoraires) de 130 € pour 3 heures.

    -> Sommaire


  • Soins à domicile pour des patients non Covid+

    Seules doivent être assurées les prises en charge des patients les plus fragiles et vulnérables pour lesquels l’arrêt des soins pourrait être préjudiciable ou risquerait d’entraîner une aggravation majeure voire un recours à l’hospitalisation à court ou moyen terme, notamment ceux atteints de pathologies chroniques ainsi que les patients polyhandicapés et les personnes âgées dépendantes.
    Dans un communiqué du 4 avril 2020, l’ARS-IDF rappelle que “la crainte de la contamination par le Covid-19 ne doit pas empêcher le recours aux soins, en particulier pour les patients souffrant de pathologies nécessitant un suivi régulier ou pour les enfants“.

    Les kinésithérapeutes doivent faire preuve de responsabilité dans le choix d’intervenir ou de reporter : pour les aider, le CMK a tenté de définir les actes prioritaires non reportables. Doivent être pris en compte dans le rapport bénéficie-risque, la pathologie, la clinique ainsi que la dimension sociale de chaque patient. Autant que possible, le choix doit pouvoir également se faire collégialement avec le ou les autres professionnels de santé entourant chaque patient.
    En Île-de-France, l’Ordre a mis en place la plateforme Trouver un kiné en Ile-de-France afin de recréer le lien entre les demandes de soins (venant des patients, des sorties d’hospitalisation, etc…) et l’offre de soins de kinésithérapie. Vous pouvez vous y inscrire si vous êtes en mesure de pratiquer à domicile.

    Pour les patients mucoviscidotiques, le CMK a publié des recommandations spécifiques pour leur prise en charge dans le contexte épidémique.

    Ces actes doivent obligatoirement être réalisés à la condition de satisfaire à toutes les mesures d’hygiène et aux mesures barrières, tant pour les patients que pour les praticiens. Cette condition est une disposition opposable qui engage votre responsabilité.
    -> Sommaire


  • Cas des EHPAD et autres établissements collectifs autres que les établissement de santé

    Jusqu’à nouvel ordre : pas d’intervention dans les EHPAD, excepté pour les soins indispensables qualifiés comme tels à la demande du médecin coordonnateur.
    -> Sommaire


  • Responsabilité professionnelle des praticiens

    Durant cette crise, la question de la responsabilité professionnelle des praticiens est régulièrement avancée en particulier quant au risque de contamination de nos patients. En matière d’infections nosocomiales, le kinésithérapeute libéral est responsable qu’en cas de faute. Cependant, peut constituer une faute, le fait de ne pas respecter, en cette période de crise, les recommandations des autorités sanitaires, les mesures barrières ou encore les recommandations professionnelles (HAS, Ordre, CMK). Cette faute peut tout autant être recherchée sur le plan civil (indemnisation du dommage), sur le plan déontologique que sur le plan pénal.

    Le projet de Loi d’urgence pour faire face à l’épidémie de covid-19 adopté le 22 mars 2020 habilite le Gouvernement à prendre des mesures afin de déroger et adapter les règles de responsabilité. Quelques jours plus tôt, le Conseil d’Etat proposait dans un avis sur ce projet de Loi de rendre applicables dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire différentes mesures, dont l’exonération de responsabilité des professionnels de santé en cas de dommages résultant des mesures administratives, la prise en charge de l’indemnisation des préjudices par l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (ONIAM) et des mesures de protection des réservistes et personnes répondant aux appels aux volontaires.

    -> Sommaire


  • Télé-kinésithérapie

    A ce jour, aucune disposition légale ne permet aux kinésithérapeutes de pratiquer des actes à distance (BDK, prévention ou suivi post-thérapeutique, prescription de produits ou matériels, réalisation d’actes ou surveillance de l’état des patients) utilisant les technologies de l’information et de la communication.

    Cependant, la crise sanitaire actuelle semble commander à chaque kinésithérapeute d’effectuer un accompagnement et une surveillance des patients dont ils ont fait le choix de ne pas poursuivre la rééducation afin de ne pas les mettre en danger, lorsque cette intervention à distance apparaît indispensable, en particulier pour les patients isolés et patients chroniques fragiles.

    Au regard du Code de la santé publique, du Code de déontologie et du Code de la sécurité sociale, l’ensemble de cette activité à distance auprès de nos patients ne peut donner lieu à aucune rémunération ni prise en charge par la Sécurité sociale.
    L’annonce du Ministre chargé de la santé, faite le 4 avril, d’autoriser les téléconsultations par simple appel télphonique (et de les facturer) ne conerne pas les kinésithérapeutes.

    -> Sommaire


  • Modalités de déplacement

    Depuis le mardi 17 mars à 12 h, les kinésithérapeutes doivent être en mesure de justifier de leurs déplacements professionnels : munissez-vous de votre CPS ainsi que de votre carte professionnelle ordinale que vous pouvez télécharger et imprimer. Portez sur vous également le formulaire d’attestation dérogatoire publié par le Ministère de l’intérieur ou en version électronique (QRcode) à présenter aux forces de l’ordre.
    Toute verbalisation malgré présentation de la CPS et ou de la carte ordinale doit nous être signalée : contact@ffmkr75.org.
    -> Sommaire


  • Garde des enfants

    Depuis lundi 16 mars, les enfants des professionnels de santé libéraux et salariés sont accueillis dans les établissements scolaires.
    Pour l’inscription pour la garde des enfants de moins de 3 ans : démarches à effectuer en ligne.
    Pour la garde des enfants de plus de 3 ans, il convient de se présenter dans l’établissement maternel, primaire ou le collège habituel avec la Carte de professionnel de santé des parents. En fonction des effectifs, une organisation est mise en place pour les jours suivants.
    -> Sommaire


  • Mesures économiques et sociales

    La crise sanitaire que nous traversons entraîne un effondrement de l’activité des kinésithérapeutes et souvent une impossibilité de continuer à exercer (recommandations, maladie, contrainte de garder les enfants, etc.).
    Sont rassemblés différentes informations suceptibles de vous aider en matière économique et sociale au sein d’un article spécifique.

    -> Sommaire

  • Recommandations

    • Fiche ARS pour la prise en charge en ville des patients symptomatiques Covid-19
    • Guide méthodologique de préparation à la phase épidémique de Covid-19 pour tous les professionnels de santé : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/guide-covid-19-phase-epidemique-v15-16032020.pdf
    • Guide « prise en charge en ville par les médecins de ville des patients symptomatiques en phase épidémique de covid-19 » pour diffusion auprès des professionnels de ville : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/covid-19_doctrine_ville_v16032020finalise.pdf
    • Arbre décisionnel simplifié pour la prise en charge d’un patient COVID19 en ville : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/arbre-simplifie-pec-patient-covid-19.pdf
    • Recommandations de l’AP-HP pour la kinésithérapie respiratoire Covid-19
    • Recommandations du CMK pour la prise en charge en kinésithérapie respiratoire de patients Covid +
    • Recommandations du CMK pour la prise en charge des patients mucoviscidotiques dans le contexte épidémique
    Sites et standards téléphoniques d’assistance à distance : communiqués par les autorités, portant sur des thématiques aussi diverses que la santé mentale, assistance aux familles et aux enfants, les violences faites aux femmes, les addictions, etc.
    Repères pour la prise en charge kinésithérapique ambulatoire des patients atteints de COVID-19

    -> Sommaire


  • Autres ressources

    • Conférence du Pr Philippe Sansonetti, Collège de France, Covid-19 ou la chronique d’une émergence annoncée, comportant des données virologiques, épidémiologiques et physiopathologiques.

    • INSEE, nombre décès par jour et par département : données rendues publiques.

    • Université Johns-Hopkins (Maryland, US), données épidémiologiques internationales accessibles également pour version téléphones et tablettes.

    -> Sommaire

Enfin, maintenez-vous informés des messages d’alertes de la Direction Générale de la Santé : inscrivez-vous sur la liste de diffusion DGS-urgent.

Accès adhérents

KINÉ FLASH PARIS

Visit Us On FacebookVisit Us On TwitterCheck Our Feed